Comment se sentir heureux en quatre points

créer son propre bonheur soi même

Je suis sûr que vous avez tous au moins une personne négative dans votre entourage. La seule personne qui voit le verre à moitié vide, mais qui insiste sur le fait qu’elle est juste réaliste…

J’en connais une moi aussi : il s’agit d’une amie d’enfance : Hélène.

Les choses n’étaient jamais assez bien pour Hélène, et elle était toujours victime de quelque chose. Je la connais depuis environ 15 ans maintenant. Je suis assez habitué à sa négativité et je suis capable d’en faire abstraction.

Mais cela a nécessité beaucoup d’entrainement. Hélène a vraiment drainé mon énergie pendant longtemps. Il existe deux types de drainage énergétiques, qui procèdent d’une même valeur de base : la négativité.

Différents types de drainages énergétiques :

Il existe plusieurs variétés de gens qui se plaignent. Je suis sûr que vous pourrez coller un visage à chaque catégorie !

— Les personnes très mécontentes qui ne veulent pas entendre parler de solutions, même si elles sont utiles.

— Les chercheurs d’empathie : ils sont sans cesse en demande d’attention du style « ce qui m’arrive est pire que ce que vous vivez ».

— Les plaintifs chroniques : ceux qui vivent dans un état de plainte constant, qui ruminent.  Ils se plaignent encore et encore du même problème. Pire : au lieu de ressentir une libération après s’en être plaints, ce genre de personnes ressent encore plus le besoin de se plaindre, de sorte que leur état s’aggrave et cause encore plus d’inquiétude et d’anxiété.

Je dois avouer qu’il m’est arrivé de faire preuve de négativité. Il m’est arrivé de me plaindre aussi, de temps en temps, sans même m’en rendre compte. Cela fait partie de notre culture actuelle. Le Dr Robin Kowalski, professeur de psychologie à l’Université de Clemson, USA, explique que tout le monde se plaint, à un certain point… au moins un peu.

Je ne vous demande pas de renoncer à toutes vos mauvaises habitudes et d’essayer d’être un indécrottable positiviste ! Un peu de négativité est normal et permet de réinitialiser nos systèmes. Ce dont j’aimerais que vous preniez conscience, c’est de votre pourcentage de négativité. J’aimerais que vous vous rendiez compte que vous êtes excessivement négatif si cela vous arrive. Pourquoi, me demandez-vous ?

Parce que la négativité engendre la négativité. Nombreux sont ceux qui ont pris l’habitude de se plaindre… en se plaignant. Et ceci, souvent sans même s’en rendre compte.

La négativité endommage votre cerveau :

Donald Hebb, un neuropsychologue américain, a écrit que « les neurones qui travaillent ensemble se connectent ensemble ». Ce qu’il entend par là, c’est que des groupes de neurones se connectent dans notre cerveau à la suite d’expériences particulières.

Par exemple, chaque fois que nous avons une pensée, éprouvons un sentiment ou une sensation physique, des milliers de neurones sont activés et se réunissent pour former un réseau neuronal. Le cerveau apprend à déclencher les mêmes neurones lorsque la pensée se répète.

En résumé, si vous gardez votre esprit centré sur la critique, l’inquiétude et la victimisation, votre esprit trouvera plus facile d’évoquer ces mêmes pensées pour des situations similaires. Nos schémas de pensée programment nos cerveaux pour réagir positivement ou négativement aux situations qui nous sont présentées. Nous devenons bons au fil de la pratique, alors pourquoi ne pas tenter d’être un peu plus positif ?

Être positif soigne notre cerveau :

Quatre astuces pour éviter la négativité et se sentir plus heureux :

Soyez reconnaissant, même pour les plus petites choses. Une amie m’a conseillé de remercier l’univers, le monde ou dieu au moins trois fois par jours, même pour les choses les plus infimes. Croyez-moi, vous vous sentirez déjà plus heureux !

Surveillez-vous : rendez-vous compte que vous vous plaignez. Arrêtez de vous plaindre. Félicitez-vous de vous en être rendu compte !

Prenez de nouvelles habitudes : il est possible de créer de nouvelles habitudes liées à des sensations agréables. Le plus souvent nous permettrons à notre esprit de se souvenir des bonnes choses, le plus souvent ce genre de pensées reviendront.

Faites des efforts judicieux: la sagesse est de laisser aller ce qui n’est pas utile, ce qui n’est pas grave, et de cultiver ce qui est bon et agréable.


Sources :

http://thespiritscience.net/2016/06/25/how-complaining-actually-rewires-our-brain-to-stay-negative/

http://tinybuddha.com/blog/complaining-rewires-brain-negativity-how-to-stop/

Si vous avez aimé cet articles, aimez-le. N’hésitez pas à écrire un commentaire et nous raconter ce qu’il vous inspire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s